Éducation

Canevas pour l'analyse critique d'un projet de recherche

Les éléments de la problématique

  • Le problème de recherche est-il clairement posé?
  • Est-il situé dans une problématique d’ensemble?
  • Le problème de recherche est-il pertinent et bien justifié?
  • Y a-t-il des aspects du problème qui semblent négligés ou occultés?
  • Les présupposés épistémologiques sont-ils cohérents avec le problème à l’étude et avec les orientations données à la recherche?

Les questions de recherche

  • Les questions sont-elles des questions de recherche?
  • Les questions de recherche découlent-elles logiquement de la problématique?
  • Les questions sont-elles clairement énoncées?
  • Les termes que ces questions contiennent sont-ils univoques?

Le cadre théorique et conceptuel

  • Les concepts-clés du projet de recherche sont-ils bien identifiés?
  • Sont-ils définis de façon claire et concise?
  • Les différentes dimensions ou aspects reliés aux concepts sont-ils clairement identifiés?
  • Les concepts sont-ils définis en cohérence avec les connaissances du domaine concerné?
  • Les lectures critiques sont-elles bien rapportées?
  • Les référents théoriques sont-ils énoncés?
  • Le choix du corpus théorique est-il cohérent avec le problème posé?
  • Les idées fondamentales des auteurs susceptibles de contribuer à bien établir le cadre théorique de la recherche sont-elles suffisamment étayées et circonscrites?
  • La recension des écrits semble-t-elle complète?
  • La recension a-t-elle permis de faire le tour du problème à l’étude?
  • S'il y a lieu, des études empiriques ont-elles été recensées et analysées en fonction de la ou des questions de recherche?

Les objectifs de la recherche ou les hypothèses

  • Les objectifs sont-ils clairement énoncés? Sont-ils réalistes?
  • Expriment-ils explicitement les intentions du chercheur?
  • Sont-ils cohérents avec les questions de recherche et le cadre conceptuel?

Les pistes méthodologiques

  • Les choix méthodologiques annoncés semblent-ils appropriés?
  • Sont-ils bien justifiés?
  • Les pistes méthodologiques sont-elles pertinentes par rapport aux questions de recherche, aux objectifs ou aux hypothèses?
  • Sont-elles cohérentes avec les présupposés épistémologiques et avec l’orientation donnée à l’étude?
  • L’échéancier proposé semble-t-il réaliste?

Les implications pour l’éducation

  • La recherche proposée est-elle susceptible de contribuer à des avancées dans le domaine de l’éducation?
  • Quelles personnes, quels programmes... sont susceptibles d’être affectés par les résultats de cette recherche? De quelle façon?

Critique globale

  • Le projet de recherche est-il présenté de façon cohérente et bien argumentée?
  • Les éléments de la recherche sont-ils présentés dans une dynamique logique et cohérente?
  • La recherche annoncée présente-t-elle un caractère global et interdisciplinaire?

_________
NOTE: L’ordre et l’importance des composantes sont à moduler selon les types et les approches de recherche.

Certification éthique de la recherche

Étudiants UQAM

Suite à la réussite du projet doctoral, l’étudiant(e) doit faire une demande de certification éthique si son projet le requiert. Les étudiants sont tenus de remplir une demande d’approbation éthique d’un projet de recherche sur la plate-forme E-Reviews à l’adresse suivante : https://uqam-prod.evision.ca/uqam/faces/login.xhtml?windowId=0fe

La demande dûment complétée doit être transmis par l'étudiant via la plate-forme afin qu'elle soit étudiée par le comité d'éthique après la tenue de la présentation orale et de l’obtention de l’approbation scientifique. Prévoyez un délai d’environ trois à quatre semaines pour le processus d’évaluation. Si le projet respecte les règles d'éthique, le comité émettra un certificat d'éthique. Ce dernier doit être déposé à votre dossier afin d'obtenir votre note pour ce cours.

Vous pouvez aussi avoir accès au document  Cadre normatif pour l’éthique de la recherche avec des êtres humains  qui stipule les principes déontologiques concernant la recherche avec des personnes à l’adresse suivante : http://www.instances.uqam.ca/ReglementsPolitiquesDocuments/Documents/Cadre%20Normatif%20Humains2012.pdf

D’autres informations sont disponibles sur le site Web de la Faculté des sciences de l’éducation à l’adresse suivante : http://education.uqam.ca/recherche/axes-de-recherche/309.htm

Étudiants réseaux

Les étudiants de l'UQTR, l'UQAC, l'UQAR et l'UQO joindront à leur projet de thèse une copie du certificat éthique approuvé par leur comité institutionnel. Le dépôt de ce certificat sera essentiel pour la réussite de l'activité.

Le guide de sensibilisation à la propriété intellectuelle

proposé par le CPEA étudiant 

Au cours des rencontres du comité de programme des études avancées  (CPEA), la question de la propriété intellectuelle a alimenté de nombreuses discussions, lesquelles nous ont incités à rédiger un guide de sensibilisation à la propriété intellectuelle. Nous proposons ce guide parce qu'à la lumière de nos discussions, nous estimons qu'il vaut mieux prévenir les difficultés en adoptant une attitude proactive plutôt que de tenter de régler des conflits une fois qu'ils sont présents. 

Jusqu'à maintenant, peu d'étudiants du doctorat réseau en éducation se sont plaints de conflits reliés à la propriété intellectuelle. Ceci peut être dû à la fois à un manque d'information sur le sujet, à une faible occurrence du problème ou encore à une difficulté d'en parler pour ceux et celles qui se sentent lésés ou craignent de l'être. Les quelques précautions mentionnées ci-après, liées à votre bon jugement, pourront vous servir de balises pour aider à éviter de tels conflits. 

Ce document ne veut ni ne peut d'aucune façon remplacer les écrits juridiques sur la propriété intellectuelle. Nous espérons simplement que les pistes de réflexion que nous vous suggérons pourront alimenter vos discussions et vous aider à clarifier vos attentes.

  • Avant de débuter vos stages, il serait bon de vous renseigner sur ce qu'il adviendra des documents que vous allez rédiger. Si vos travaux servent à la rédaction d'un article ou s'ils sont intégrés à un travail de recherche, votre contribution sera-t-elle mentionnée? Si oui, à quel titre et comment?
  • Avant d'accepter de contribuer à une publication conjointe ou de proposer de le faire, discutez de vos attentes respectives quant à votre contribution et à la propriété intellectuelle. Quel niveau d'implication attend-on de vous? Quel niveau d'implication souhaitez-vous? Ces considérations valent dans tous les cas, que la proposition de collaborer à la publication vienne d'autrui ou de vous. Comment votre contribution sera-t-elle présentée lors de la publication du document?
  • Avant d'accepter de contribuer à une communication conjointe ou de proposer de le faire, discutez des rôles de chacun des participants. Qui prépare quoi? Qui présente quoi? Comment les diverses contributions seront-elles reconnues lors de la présentation? Ces considérations valent dans tous les cas, que la proposition de collaborer aux communications vienne d'autrui ou de vous. 
  • Avant de soumettre des documents écrits à votre comité de recherche dans le cadre de vos lectures dirigées, informez-vous de ce qu'il adviendra de vos écrits s'il y a lieu. Seront-ils publiés en tout ou en partie? Votre contribution sera-t-elle reconnue? 
  • Si vous écrivez un article de votre propre chef qui découle de votre recherche doctorale, sachez que certains comités de recherche apprécient que l'on ajoute leurs noms comme co-auteurs, particulièrement lorsque ceux-ci ont contribué de façon significative à l'avancement de vos travaux. Avez-vous pensé à discuter de cela avec votre comité de recherche?

Les professeurs aussi peuvent vous demander de préciser dans quelle mesure les écrits produits lors de travaux dans le cadre d'un stage dans un groupe de recherche, d'un contrat d'assistant de recherche ou d'auxiliaire d'enseignement, seront réinvestis dans votre thèse. Il ne s'agit ici que d'un exemple parmi tant d'autres qui illustre bien que la propriété intellectuelle doit être préalablement discutée entre toutes les personnes impliquées. Les membres étudiants du CPEA vous invitent donc à discuter ouvertement de ces questions avec votre comité de recherche, vos responsables de stage et les autres étudiants. 

Pour en savoir plus, voici quelques documents à consulter : 

Adopté et rédigé par le CPEA étudiant du doctorat réseau de l'UQ le 9 mai 2001 : Diane Ranger (UQO), Geneviève Nault (UQÀM), Diane Léger (UQAR), Josée Préfontaine (UQTR), Milagros Chavez (UQÀM), Liliane Dionne (UQÀM) et Nicole Tremblay (UQAC).

DME 9400 Projet doctoral (9 cr.)

A. DESCRIPTION GÉNÉRALE

But

Dans le projet doctoral, sous la responsabilité de son comité de recherche, l’étudiant doit :

  • terminer le relevé de la documentation appropriée à son sujet de thèse, en établir de manière satisfaisante la problématique et le cadre conceptuel ou théorique, incluant l’énoncé de ses objectifs ou hypothèses de recherche, et préciser son devis méthodologique;
  • produire un rapport de projet doctoral, appelé PROJET DE THÈSE, comprenant les chapitres de sa thèse relatifs à la problématique, au cadre conceptuel ou théorique et au devis méthodologique;
  • faire montre de connaissances approfondies reliées à son domaine de recherche dans le cadre de la présentation orale.

Évaluation

Cette activité est évaluée par la notation succès-échec (S-E). L’évaluation de cette activité est faite, après remise du projet de thèse écrit, lors d’une présentation orale portant, d’une part, sur le projet de thèse et, d’autre part, sur les connaissances approfondies du candidat par rapport à son domaine de recherche. Cet examen est évalué par un jury composé du comité de recherche de l’étudiant et d’un autre professeur désigné par le sous-comité d’admission et d’évaluation (SCAE) pour agir comme président du jury. Ce professeur désigné est choisi parmi les professeurs habilités au programme appartenant à l’établissement d’attache de l’étudiant.

Projet de thèse écrit

Le jury doit s’assurer que l’étudiant a terminé la phase préparatoire à sa recherche de manière suffisante pour aborder celle-ci dans le respect des objectifs scientifiques du programme. L’évaluation positive, pour cette partie de l’activité, signifie que la thèse sera recevable si elle comprend les chapitres présentés et est réalisée en conformité avec le devis méthodologique décrit. Le projet présenté ne peut être accepté que si la qualité du texte est adéquate, si la présentation formelle respecte les règles en vigueur, et si le contenu et l’organisation de l’argumentation sont jugés acceptables et suffisants, sous réserve possiblement de quelques améliorations mineures demandées par le jury.

Le jury doit s'assurer que l'étudiant a déposé son formulaire sur l'aspect déontologique approuvé par son comité institutionnel.

Voir l'onglet Formulaire pour le formulaire de la présidence du projet doctoral

Présentation orale

  • du projet de thèse : questions portant sur le projet de thèse écrit déposé par l’étudiant;
  • de connaissances approfondies : questions portant sur le domaine de la thèse en vue d’évaluer les connaissances épistémologiques du candidat dans son champ de recherche.

B. INFORMATIONS RELATIVES À L’INSCRIPTION AU PROJET DOCTORAL 

Situation dans le programme

Le programme de doctorat en éducation comporte 63 crédits rattachés à une recherche personnelle réalisée et présentée sous la forme d’une thèse. Ces crédits sont décomposés comme suit : DME 9400 Projet doctoral (9 cr.) et THÈSE proprement dite (54 cr.). Les activités et les crédits du projet doctoral appartiennent donc à la réalisation d’une partie de la thèse et les règles relatives à la présentation de la thèse s’appliquent aussi à la présentation du PROJET DE THÈSE produit lors du projet doctoral.

La procédure relative au dépôt, à l’évaluation et à la soutenance de la thèse est définie par règlement de l’Université et ne s’applique qu’à la thèse proprement dite. La procédure relative au projet doctoral appartient au programme et est telle que décrite ici. Toutefois, lorsque la thèse complète aura été déposée, le jury d’évaluation sera normalement composé du jury du projet doctoral DME 9400 (avec le même président) auquel seront ajoutés deux évaluateurs externes à l’établissement d’attache de l’étudiant, dont un habilité au programme et un externe à l’Université du Québec.

Session d’inscription

Lorsqu’un étudiant a terminé sa scolarité, il doit s’inscrire en rédaction de thèse à chacune des sessions jusqu’à la soutenance de sa thèse. C’est à l’une de ces sessions qu’il s’inscrit au Projet doctoral, sous réserve des contraintes ou conditions suivantes :

  1. L’étudiant ne peut s’inscrire au projet doctoral qu’après avoir terminé avec succès la scolarité, sauf le séminaire DME 9001 qui peut être suivi en concomitance.

     – Nonobstant le point précédent, avec autorisation du SCAE, si l’échéancier de la collecte de données de l’étudiant l’exige, ce dernier peut faire son projet doctoral même si deux des quatre cours suivants n’ont pas été complétés : les deux stages de recherche (DME9100 et DME9200) et les deux cours individuels au choix. Dans ce cas, les cours devront être suivis subséquemment.

  2. Le travail exigé pour compléter le projet doctoral s’échelonne normalement sur plusieurs sessions. Toutefois, l’étudiant ne s’inscrit au projet doctoral que pour la session pendant laquelle il pense pouvoir compléter son PROJET DE THÈSE et le faire approuver par son comité de recherche.

  3. L’inscription au projet doctoral se fait à la constituante d’attache de l’étudiant, avec l’accord de son comité de recherche, à une session d’automne, d’hiver ou d'été.

  4. L’étudiant ne pourra être autorisé à déposer le texte complet de sa thèse qu’après avoir terminé avec succès son projet doctoral.

C. MODALITÉS DE RÉALISATION DU PROJET DOCTORAL

Les membres du comité de recherche assurent conjointement l’encadrement de cette activité et réagissent aux documents déposés par l’étudiant, jusqu’à ce qu’ils conviennent que les exigences de contenu et les qualités de fond et de forme sont suffisantes pour en autoriser le dépôt.

Projet de thèse écrit

L’étudiant est alors responsable d’obtenir, sur formulaire prévu à cette fin et disponible au secrétariat du programme, les signatures de ses directeur et codirecteur de recherche l’autorisant à déposer son projet de thèse. L’étudiant voit alors à déposer son projet de thèse et le formulaire complété d’autorisation de dépôt, en trois (3) exemplaires comme suit :

  • (1) au président du jury désigné par le SCAE;
  • (1) au directeur de recherche;
  • (1) au codirecteur de recherche.

Présentation orale de connaissances approfondies

Comme support à la présentation oral de connaissances approfondies, le candidat peut, s’il le désire, déposer au jury un document écrit, textuel ou schématique, d’au plus 10 pages, synthétisant sa connaissance du cadre général dans lequel s’inscrivent ses choix théoriques et méthodologiques. Un tel document peut servir de guide à la présentation orale, mais il n’est pas noté.

Le document est déposé, comme le projet de thèse écrit, aux trois évaluateurs de l’activité.

D. RESPONSABILITÉS DU PRÉSIDENT DU JURY

Lors de son acceptation d’agir à titre de président du jury du projet doctoral, le professeur concerné reçoit les formulaires (ou fiches) intitulés PROJET DE THÈSE du DME 9400  et PRÉSENTATION ORALE du DME 9400, en deux exemplaires et dûment identifiés à l’étudiant concerné.

Le président du jury est notamment responsable d’assurer le suivi et de présider la ou les rencontres de la présentation orale, de consigner les avis du jury (commentaires, suggestions, évaluations) sur les formulaires prévus, d’obtenir sur ces formulaires les signatures des membres du comité de recherche, de signer lesdits formulaires et de les transmettre au directeur du programme. Celui-ci voit à en conserver copie au dossier de l’étudiant et à en transmettre un exemplaire à l’étudiant et à chacun des membres du jury.

Le président du jury participe de plein droit à l’évaluation du projet de thèse et des connaissances de l’étudiant par rapport à son domaine de recherche. Au nom du SCAE, il gère et supervise les modalités d’évaluation et fait rapport au directeur du programme. En ce qui a trait au projet de thèse, il est en quelque sorte le porte-parole du programme pour appuyer le comité de recherche dans ses efforts pour s’assurer que l’étudiant déposera éventuellement une thèse dont le fond et la forme témoigneront de qualités acceptables par le jury final de la thèse.

E. MODALITÉS D’ÉVALUATION DU PROJET DOCTORAL

Évaluation du texte écrit du projet de thèse

Durant le premier mois suivant la réception du projet de thèse, le président du jury prend contact avec les membres du comité de recherche. Il peut alors :

  • soit exiger des corrections (qu’il transmet au comité de recherche) et le dépôt d’un nouveau texte corrigé avant d’en poursuivre l’évaluation;
  • soit convenir d’une rencontre avec les directeur et codirecteur de recherche, qu’il convoquera et présidera pour définir et préciser les avis et exigences à transmettre à l’étudiant; les membres du jury peuvent alors convenir de rencontrer l’étudiant pour lui communiquer oralement leurs attentes;
  • soit convenir de la tenue de la présentation orale, précédé au besoin d’une rencontre du jury, qu’il convoquera en consultation avec l’étudiant et son comité de recherche.

La présentation orale ne peut être tenu qu’après acceptation unanime par les membres du jury du projet de thèse tel qu’écrit, possiblement sous réserve de corrections mineures indiquées au formulaire du suivi.

Lorsque son premier projet de thèse déposé est refusé par au moins un membre du jury, l’étudiant a droit à un dépôt d’un nouveau texte dans un délai d’une session, en quatre exemplaires et selon la procédure déjà décrite. Lorsque le deuxième texte déposé est unanimement refusé, la note E (échec) est attribuée. Si la décision du jury est divisée, le cas est soumis au SCAE: chacun des membres du jury transmet alors au directeur du programme un rapport écrit personnel exprimant ses commentaires et avis. Le SCAE peut alors convenir du remplacement d’un membre du jury. Toutefois, dans le cas d’un refus majoritaire du jury, le SCAE peut attribuer la note E (échec).

Lorsque le texte écrit est accepté, les membres du jury complètent le formulaire Projet de thèse du DME 9400, incluent la convocation à la présentation orale ainsi que les exigences de modifications et les échéances pour remettre ces modifications, s’il y a lieu. Le président du jury transmet ce formulaire au directeur du programme qui voit à le distribuer à tous les membres du jury et à l’étudiant.

Présentation orale

La présentation orale comprend deux parties. Ces deux parties peuvent être consécutives ou se dérouler dans un ensemble unifié.

Présentation orale du projet de thèse : normalement tenu sous une forme s’apparentant à une mini- ou pré-soutenance, le candidat expose son projet (10 à 20 minutes), les membres du jury lui adressent quelques questions sur le projet auxquelles il répond. Les membres du jury lui font commentaires appropriés et suggestions de modifications au besoin, et le président s’assure que le candidat a bien compris ces commentaires et suggestions.

Présentation orale de connaissances approfondies : le candidat est invité à répondre oralement aux questions des membres du jury, de façon à démontrer que sa connaissance du domaine de sa thèse est approfondie et adéquate à la poursuite de la réalisation de sa thèse. Ces questions et réponses doivent permettre au candidat de caractériser la thèse projetée par rapport à d’autres thèses qui pourraient être produites dans le domaine concerné, compte tenu des paradigmes théoriques et méthodologiques qui caractérisent la recherche et la connaissance en ce domaine et des choix qu’en fait le candidat. Comme support à cet examen oral de ses connaissances approfondies, le candidat peut, s’il le désire, déposer au jury un document écrit, textuel ou schématique, d’au plus 10 pages, synthétisant sa connaissance du cadre général dans lequel s’inscrivent ses choix théoriques et méthodologiques. Un tel document peut servir de guide à l’examen oral mais il n’est pas noté.

L’évaluation doit porter sur l’ensemble de la présentation orale. Les membres du jury complètent le formulaire Présentation orale du DME 9400 qui est transmis par le président du jury au directeur du programme. Ce dernier en remet copie aux membres du jury et à l’étudiant.

La présentation orale doit être satisfaisant à l’unanimité des membres du jury, à défaut de quoi l’étudiant a droit à une seule reprise devant le même jury, dans un délai maximum d’une session. L’échec à cette reprise entraîne une recommandation d’exclusion du programme. Si la décision finale n’est pas convenue à l’unanimité des membres du jury, le cas peut être soumis au SCAE selon les modalités décrites sous la rubrique «évaluation du texte écrit du projet de thèse».

F. RESPONSABILITÉS DU DIRECTEUR DU PROGRAMME

Le directeur du programme pour l’établissement d’attache de l’étudiant informe l’étudiant et les membres du jury de leurs droits et responsabilités et c ollabore au besoin avec le président du jury. Au besoin, il peut assister à la (aux) rencontre(s) du jury et à la présentation orale à titre d’observateur.

Il informe le SCAE du cheminement du dossier et, s’il n’est pas de l’UQAM, il transmet au directeur du programme à l’UQAM copie des formulaires complétés du suivi et de la présentation.

DME 9011 Lecture dirigée II (3 cr.)

Les lectures dirigées sont complétées par l’étudiant sous l’entière responsabilité de son comité de recherche. 

DESCRIPTION DU DME 9011 Lecture dirigée 2 (3 cr.)

Complément à l’activité DME 9010 Lecture dirigée 1, pour l’étudiant dont le programme de lecture, compte tenu de son projet, dépasse le cadre des six crédits du DME 9010.

Caractéristiques particulières:

La Lecture dirigée 2 est optionnelle.Lorsqu’elle est suivie et complétée avec succès, les trois crédits ainsi obtenus sont comptabilisés parmi les crédits de cours au choix exigés par le programme. L’étudiant peut s’y inscrire à toute session suivant la session de la première lecture dirigée, et consacre environ une journée par semaine à cette activité.

Inscription

Suivie par inscription en constituante d’attache de l’étudiant, toute lecture dirigée doit être complétée à l’intérieur de la session concernée.

Programme

Au plus tard à la troisième semaine de la session concernée, l’étudiant soumet à son comité de recherche un programme de lecture, d’au plus trois (3) pages et comprenant les principales références et les thèmes retenus, les objectifs disciplinaires et interdisciplinaires poursuivis et la méthode de travail utilisée, un échéancier des rencontres et les modalités d’évaluation, par étape s’il y a lieu.

Au plus tard un mois après le début de la session concernée, les membres du comité de recherche conviennent avec l’étudiant du programme de lecture et des modalités d’évaluation.

Évaluation

Pour la mise au point et la tenue de l’examen oral, le comité de recherche s’assure que l’étudiant a réalisé avec compréhension le programme convenu de lecture et complète le formulaire d’évaluation prévu à cette fin.

Le directeur de recherche transmet le formulaire complété au responsable du programme pour la constituante d’attache de l’étudiant, accompagné du programme approuvé de lecture. Ce responsable du programme conserve au dossier de l’étudiant les documents reçus et transmet la note au registraire.

DME 905X Séminaire thématique sur une approche contemporaine de recherche en éducation (3 cr.)

Ce séminaire à contenu ouvert offre aux étudiants l'occasion d'explorer, puis d'approfondir, une voie ou approche type qui marque le développement contemporain de la recherche en éducation. Chaque séminaire de trois crédits doit s'adresser à une voie instrumentale particulière (ex.: les méthodologies observationnelles) ou à une approche type (ex.: collaborative; développement; évaluative; etc.), présenter notamment les débats idéologiques ainsi que les questionnements épistémologiques et les concepts fondamentaux qui caractérisent cette approche, faire place importante aux témoignages et analyses d'expériences de recherche selon cette approche, situer cette approche selon ses rapports à d'autres approches, dans divers contextes dont ceux des projets de recherche des étudiants, ainsi que dans le développement scientifique et professionnel de l'éducation. Le contenu variable est déterminé avant les inscriptions.

DME 903X Séminaire thématique sur des problématiques contemporaines en éducation (3 cr.)

Ce séminaire à contenu ouvert offre aux étudiants l'occasion d'explorer, puis d'approfondir, une problématique importante (ex.: l'apport du socioconstructivisme en éducation; la déconcentration des pouvoirs et des responsabilités des écoles et l'effet sur la dynamique scolaire; l'intégration des nouvelles technologies dans l'enseignement/apprentissage; l'abandon scolaire et le rapport des garçons avec l'école; l'état de la formation aux sciences dans les écoles du Québec; le rapprochement du secteur privé avec la formation à tous les ordres d'enseignement; etc.) qui marque le développement contemporain de l'éducation comme champ d'étude et d'intervention, qui en influence les politiques, les actions, les décisions et les recherches.

La présentation des concepts de pointe et les discussions d'articles pertinents ont pour objectifs de faire le point sur des aspects particuliers et une maîtrise approfondie des éléments les plus significatifs, dont les courants et les orientations, de la problématique choisie. Chaque séminaire de trois crédits doit s'adresser à au moins une et au plus trois problématiques. Le contenu variable est déterminé avant les inscriptions.

DME 9200 Stage de recherche II (3 cr.)

Le programme de doctorat en éducation comporte deux stages de recherche qui sont obligatoires et dont l’inscription se fait en constituante d’attache de l’étudiant, en accord avec la description suivante

DESCRIPTION DU DME 9200 STAGE DE RECHERCHE 2

Les stages de recherche sont des périodes de travaux de recherche réalisés par l’étudiant dans un ou des milieux de recherche, c’est-à-dire des lieux où oeuvrent des chercheurs et reconnus à ce titre par le comité de programme, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’université (groupes, équipes, laboratoires, centres, services, organismes, instituts de recherche). L’objet du stage (nature, objectifs) doit participer du domaine de l’éducation.

Les stages de recherche ont pour but de procurer à l’étudiant un complément de formation à la recherche : ils constituent pour l’étudiant une occasion de se décentrer de sa préoccupation de thèse pour ouvrir ses horizons à une vision globale ou macroscopique et à une pratique interdisciplinaire, pour se situer dans un réseau d’activités de recherche ou dans une démarche de recherche en interaction en participant activement à la réalisation d’une partie de la recherche poursuivie par le milieu de stage. Le thème du stage peut être relié au domaine de recherche de l’étudiant mais ne peut porter sur son sujet spécifique de recherche.

Chaque stage équivaut à 135 heures et est distribué dans le temps conformément aux besoins de l’étudiant, aux exigences du milieu de stage et au programme de l’étudiant.

L’étudiant prépare son projet de stage de concert avec les membres de son comité de recherche et le responsable du milieu d’accueil qui doivent contresigner le projet. L’étudiant n’est autorisé à s’inscrire à un stage de recherche que lorsqu’il soumet son projet de stage à l’approbation du sous-comité d’admission et d’évaluation (SCAE); le responsable du milieu d'accueil fait le suivi et l'évaluation du stage; dans le cas d'un stage fait à l'étranger, le directeur de programme est responsable de l'évaluation.

INFORMATIONS RELATIVES À L’INSCRIPTION À UN STAGE

Nature des stages de recherche

Ces stages doivent contribuer à la formation à la recherche; dans cette optique, la participation à un cours ou sa dispense ne peut pas constituer un stage, ni des visites ou présences passives à des centres, congrès ou colloques; il faut une participation active articulée aux besoins de formation de l'étudiant et aux activités de recherche du milieu d’accueil.

Ces stages n’ont pas pour objet l’avancement des travaux relatifs à la thèse, mais un complément de formation à la recherche par une participation active du stagiaire à la réalisation d’une partie de la recherche poursuivie par le milieu d’accueil; dans ce contexte, l’action du stagiaire ne saurait porter sur la totalité d’une recherche ni avoir pour objet la seule réalisation d’une revue de documentation.

Ces stages doivent être réalisés dans un ou des milieux de recherche, c’est-à-dire des lieux où oeuvrent des chercheurs reconnus à ce titre, dont au moins un, agissant comme responsable du milieu d’accueil aux fins du stage concerné, détient un doctorat et effectue de la recherche reconnue de niveau supérieur, de façon à pouvoir assurer une formation à la recherche adéquate du stagiaire.

L’étalement dans le temps 

Les principes d’ouverture et d’interaction appellent que les deux stages soient normalement réalisés dans deux milieux différents de recherche. Toutefois, sur justification appuyée dans le plan des stages de recherche, le SCAE pourra exceptionnellement autoriser que les deux stages soient considérés comme un seul stage dans un même milieu mais en deux temps, chacun de ces deux temps correspondant ainsi à un stage de trois crédits.

Le temps et les énergies consacrés aux activités convenues aux fins d’un stage doivent tenir compte de ce qu’un stage vaut trois crédits. On évitera donc que l’étudiant s’y consacre intensivement sur une longue période. Par ailleurs, c’est moins la comptabilisation du temps que l’atteinte des objectifs de formation qui doit constituer le critère dominant de la qualité d’un stage de recherche. La durée d’un stage de recherche sera étalée dans le temps de façon à assurer la concrétude de la démarche de recherche du stagiaire en interaction avec son milieu de stage.

Inscription aux stages de recherche

Pour être autorisé à s’inscrire à un stage de recherche, l’étudiant doit déposer, avant ou lors de son inscription pour la session visée, deux exemplaires du PROJET DE CE STAGE déjà approuvé par son comité de recherche et par le milieu d’accueil concerné; le responsable du programme pour la constituante d’attache de l’étudiant doit soumettre ce projet à l’approbation du SCAE et désigner le professeur responsable de l’encadrement et de l’évaluation du stagiaire. Le SCAE doit approuver le projet soumis ou le retourner à l’étudiant avec mention des modifications exigées. Tout refus par le SCAE doit être motivé à l’étudiant.

Dans le PROJET DE STAGE, la description doit préciser en quoi cette formation est complémentaire à sa recherche pour fins de thèse.   

Critères d’approbation

En fonction de la nature et des objectifs des stages de recherche décrits plus haut, les trois principaux critères qui guident les responsables pour accepter ou refuser tout projet soumis peuvent être formulés sous la forme des trois questions suivantes :

a)    Le milieu en est-il un de recherche où œuvrent des chercheurs reconnus?  

b)    Le projet à la réalisation duquel la stagiaire participe est-il suffisamment distinct de son sujet de recherche (et non pas du domaine de recherche) pour fins de thèse?

c)    Les attentes du milieu et les activités de recherche que le stagiaire compte y réaliser sont-elles susceptibles de le mieux former à la recherche, c’est-à-dire de lui permettre de développer des habiletés de recherche qu’il ne possède pas déjà?

Échéances selon les sessions

L’étudiant doit s’inscrire au(x) stage(s) de recherche à la période d’inscription prévue dans sa constituante. Il doit par ailleurs soumettre son projet de stage pour approbation par le SCAE avant le début de la session où l’activité sera effectuée, selon un calendrier qui lui sera transmis par le directeur de chaque constituante.  

PROJET DE STAGE DE RECHERCHE

Le projet de stage doit être soumis en utilisant le formulaire intitulé Formulaire de projet de stage disponible sous l'onglet Formulaires.

Dans ce projet, le candidat précise les objectifs spécifiques du stage concerné et décrit les activités et les modalités prévues, en conformité avec la thématique énoncée dans son plan des stages de recherche, trace un échéancier, identifie le milieu d’accueil et ses caractéristiques, obtient l’accord de son comité de recherche, atteste de l’acceptation du projet par un responsable du milieu d’accueil qui en précise les attentes.

Le responsable concerné du programme voit à transmettre comme suit trois exemplaires d’un projet de stage approuvé :

  • un au dossier du candidat à sa constituante d’attache;
  • un à l’étudiant;
  • un à l'évaluateur du stage.

MODALITÉS D’ÉVALUATION ET RAPPORT DE STAGE  

Le responsable du milieu d'accueil fait le suivi et l'évaluation du stage; dans le cas d'un stage fait à l'étranger, le directeur du programme est responsable de l'évaluation. Une fois son projet approuvé, dans le cas d'une évaluation par le directeur du programme, l’étudiant prendra l’initiative d’au moins deux rencontres avec le directeur du programme pour échanger sur les fins du projet et les attentes mutuelles quant aux modalités et critères d’évaluation.

Les activités convenues entre le stagiaire et le responsable du milieu d’accueil comme faisant partie de la réalisation d’un stage de recherche peuvent comprendre la production d’un rapport partiel de recherche adressé au milieu d’accueil. Le responsable du milieu d’accueil pourra donc en tenir compte dans son appréciation du stagiaire.

Toutefois, aux fins de l’évaluation, l’étudiant doit rédiger un rapport de stage de 4 ou 5 pages,décrivant comment les objectifs ont été atteints et par quelles activités ils l’ont été en regard des objectifs énoncés et des activités décrites dans le projet de stage.Dans le cas d'un stage à l'étranger, copie du rapport de recherche demandé par le milieu de stage sera annexée au rapport de stage pour fins d’évaluation.

Le rapport de stage pour fins d’évaluation (4-5 pages) est soumis en quatre (4) exemplaires comme suit par l’étudiant :

  • un à son directeur et un à son codirecteur de recherche;
  • deux (2) au responsable de l’évaluation : un accompagné du rapport de recherche, le cas échéant, et un autre que l’évaluateur joindra au formulaire d’évaluation qu’il transmettra au responsable du programme.

Le responsable du milieu d'accueil

Comme il s’agit d’un stage de formation à la recherche, le responsable du milieu d’accueil du stagiaire, étudiant au doctorat, doit lui-même détenir un doctorat et être membre du milieu ou du groupe de recherche dans ou avec lequel l’étudiant réalisera son stage. Avant d’approuver le projet de stage soumis par un étudiant, ce responsable convient avec l’étudiant des exigences qui lui seront faites quant à ses présences, à ses activités, à ses productions, quant aux modalités du stage et aux attentes du milieu d’accueil.

À la fin du stage, le responsable du milieu d’accueil recevra du stagiaire un exemplaire du rapport de stage pour fins d’évaluation (4-5 pages). Le cas échéant, le responsable du milieu d’accueil transmettra au directeur du programme ses commentaires appréciatifs du stage réalisé, par écrit sur formulaire prévu à cette fin et qu’il aura reçu du responsable du programme.

Le responsable du milieu d’accueil ne peut pas être membre du comité de recherche de l’étudiant stagiaire.

Le professeur responsable du suivi et de l’évaluation

Tous les partenaires ayant convenu au préalable des objectifs, des activités, des modalités et des attentes du stage, l’évaluation sommative globale et la notation s’appuieront sur la réalisation des activités, l’atteinte des objectifs, la pertinence des modalités vécues et la qualité des apprentissages qu’en aura retirés le stagiaire, tels qu’apparaissant dans son rapport et compte tenu des commentaires appréciatifs du responsable du milieu d’accueil, dans le cas d'un stage effectué à l'étranger.

Au plus tard trois (3) semaines après réception du rapport de stage pour fins d’évaluation que lui aura transmis le stagiaire, le professeur responsable du milieu d'accueil doit transmettre au responsable du programme son formulaire d’évaluation dûment complété. Dans le cas d'un stage effectué à l'étranger, il devra joindre la fiche d'appréciation commentée du responsable du milieu d’accueil ainsi qu'un exemplaire du rapport du stagiaire (4 à 5 pages).

Remarques complémentaires

C’est à l’étudiant, assisté par son comité de recherche, que revient la responsabilité de solliciter le milieu d’accueil pour chaque stage.

Comme il s’agit d’activités créditées de formation, la direction du programme, souscrivant aux objectifs de soutien financier aux étudiants, invite le milieu d’accueil qui le peut à rembourser au stagiaire, s’il y a lieu, tous frais de déplacement qu’il encourt pour y réaliser son stage, et à favoriser l’insertion du stagiaire dans le milieu scientifique par inscription à des colloques, acquisition de documents de recherche, octroi de bourses, etc.  

Enfin, le droit de propriété intellectuelle doit être préservé : le milieu d’accueil ou l’un de ses membres ne peut utiliser à son compte le travail du stagiaire, ni le stagiaire utiliser à son compte le travail de tout membre ou de l’ensemble du milieu d’accueil, sans avoir préalablement convenu par écrit d’entente à cet effet.

DME 9100 Stage de recherche I (3 cr.)

Le programme de doctorat en éducation comporte deux stages de recherche qui sont obligatoires et dont l’inscription se fait en constituante d’attache de l’étudiant, en accord avec la description suivante :

Description du DME 9100 stage de recherche 1

Les stages de recherche sont des périodes de travaux de recherche réalisés par l’étudiant dans un ou des milieux de recherche, c’est-à-dire des lieux où oeuvrent des chercheurs et reconnus à ce titre par le comité de programme, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’université (groupes, équipes, laboratoires, centres, services, organismes, instituts de recherche). L’objet du stage (nature, objectifs) doit participer du domaine de l’éducation.

Les stages de recherche ont pour but de procurer à l’étudiant un complément de formation à la recherche : ils constituent pour l’étudiant une occasion de se décentrer de sa préoccupation de thèse pour ouvrir ses horizons à une vision globale ou macroscopique et à une pratique interdisciplinaire, pour se situer dans un réseau d’activités de recherche ou dans une démarche de recherche en interaction en participant activement à la réalisation d’une partie de la recherche poursuivie par le milieu de stage. Le thème du stage peut être relié au domaine de recherche de l’étudiant mais ne peut porter sur son sujet spécifique de recherche.

Chaque stage équivaut à 135 heures et est distribué dans le temps conformément aux besoins de l’étudiant, aux exigences du milieu de stage et au programme de l’étudiant.

L’étudiant prépare son projet de stage de concert avec les membres de son comité de recherche et le responsable du milieu d’accueil qui doivent contresigner le projet. L’étudiant n’est autorisé à s’inscrire à un stage de recherche que lorsqu’il soumet son projet de stage à l’approbation du sous-comité d’admission et d’évaluation (SCAE); le responsable du milieu d'accueil fait le suivi et l'évaluation du stage; dans le cas d'un stage fait à l'étranger, le directeur de programme est responsable de l'évaluation.

INFORMATIONS RELATIVES À L’INSCRIPTION À UN STAGE

Nature des stages de recherche

Ces stages doivent contribuer à la formation à la recherche; dans cette optique, la participation à un cours ou sa dispense ne peut pas constituer un stage, ni des visites ou présences passives à des centres, congrès ou colloques; il faut une participation active articulée aux besoins de formation de l'étudiant et aux activités de recherche du milieu d’accueil.  

Ces stages n’ont pas pour objet l’avancement des travaux relatifs à la thèse, mais un complément de formation à la recherche par une participation active du stagiaire à la réalisation d’une partie de la recherche poursuivie par le milieu d’accueil; dans ce contexte, l’action du stagiaire ne saurait porter sur la totalité d’une recherche ni avoir pour objet la seule réalisation d’une revue de documentation.  

Ces stages doivent être réalisés dans un ou des milieux de recherche, c’est-à-dire des lieux où oeuvrent des chercheurs reconnus à ce titre, dont au moins un, agissant comme responsable du milieu d’accueil aux fins du stage concerné, détient un doctorat et effectue de la recherche reconnue de niveau supérieur, de façon à pouvoir assurer une formation à la recherche adéquate du stagiaire.  

L’étalement dans le temps 

Les principes d’ouverture et d’interaction appellent que les deux stages soient normalement réalisés dans deux milieux différents de recherche. Toutefois, sur justification appuyée dans le plan des stages de recherche, le SCAE pourra exceptionnellement autoriser que les deux stages soient considérés comme un seul stage dans un même milieu mais en deux temps, chacun de ces deux temps correspondant ainsi à un stage de trois crédits.

Le temps et les énergies consacrés aux activités convenues aux fins d’un stage doivent tenir compte de ce qu’un stage vaut trois crédits. On évitera donc que l’étudiant s’y consacre intensivement sur une longue période. Par ailleurs, c’est moins la comptabilisation du temps que l’atteinte des objectifs de formation qui doit constituer le critère dominant de la qualité d’un stage de recherche. La durée d’un stage de recherche sera étalée dans le temps de façon à assurer la concrétude de la démarche de recherche du stagiaire en interaction avec son milieu de stage.

Inscription aux stages de recherche

Pour être autorisé à s’inscrire à un stage de recherche, l’étudiant doit déposer, avant ou lors de son inscription pour la session visée, deux exemplaires du PROJET DE CE STAGE déjà approuvé par son comité de recherche et par le milieu d’accueil concerné; le responsable du programme pour la constituante d’attache de l’étudiant doit soumettre ce projet à l’approbation du SCAE et désigner le professeur responsable de l’encadrement et de l’évaluation du stagiaire. Le SCAE doit approuver le projet soumis ou le retourner à l’étudiant avec mention des modifications exigées. Tout refus par le SCAE doit être motivé à l’étudiant.

Dans le PROJET DE STAGE, la description doit préciser en quoi cette formation est complémentaire à sa recherche pour fins de thèse.   

Critères d’approbation

En fonction de la nature et des objectifs des stages de recherche décrits plus haut, les trois principaux critères qui guident les responsables pour accepter ou refuser tout projet soumis peuvent être formulés sous la forme des trois questions suivantes :

a)    Le milieu en est-il un de recherche où œuvrent des chercheurs reconnus?  

b)    Le projet à la réalisation duquel la stagiaire participe est-il suffisamment distinct de son sujet de recherche (et non pas du domaine de recherche) pour fins de thèse?

c)    Les attentes du milieu et les activités de recherche que le stagiaire compte y réaliser sont-elles susceptibles de le mieux former à la recherche, c’est-à-dire de lui permettre de développer des habiletés de recherche qu’il ne possède pas déjà?

Échéances selon les sessions

L’étudiant doit s’inscrire au(x) stage(s) de recherche à la période d’inscription prévue dans sa constituante. Il doit par ailleurs soumettre son projet de stage pour approbation par le SCAE avant le début de la session où l’activité sera effectuée, selon un calendrier qui lui sera transmis par le directeur de chaque constituante.  

PROJET DE STAGE DE RECHERCHE

Le projet de stage doit être soumis en utilisant le formulaire intitulé Formulaire de projet de stage disponible sous l'onglet Formulaires.

Dans ce projet, le candidat précise les objectifs spécifiques du stage concerné et décrit les activités et les modalités prévues, en conformité avec la thématique énoncée dans son plan des stages de recherche, trace un échéancier, identifie le milieu d’accueil et ses caractéristiques, obtient l’accord de son comité de recherche, atteste de l’acceptation du projet par un responsable du milieu d’accueil qui en précise les attentes.

Le responsable concerné du programme voit à transmettre comme suit trois exemplaires d’un projet de stage approuvé :

  • un au dossier du candidat à sa constituante d’attache;
  • un à l’étudiant;
  • un à l'évaluateur du stage.

MODALITÉS D’ÉVALUATION ET RAPPORT DE STAGE  

Le responsable du milieu d'accueil fait le suivi et l'évaluation du stage; dans le cas d'un stage fait à l'étranger, le directeur du programme est responsable de l'évaluation. Une fois son projet approuvé, dans le cas d'une évaluation par le directeur du programme, l’étudiant prendra l’initiative d’au moins deux rencontres avec le directeur du programme pour échanger sur les fins du projet et les attentes mutuelles quant aux modalités et critères d’évaluation.

Les activités convenues entre le stagiaire et le responsable du milieu d’accueil comme faisant partie de la réalisation d’un stage de recherche peuvent comprendre la production d’un rapport partiel de recherche adressé au milieu d’accueil. Le responsable du milieu d’accueil pourra donc en tenir compte dans son appréciation du stagiaire.

Toutefois, aux fins de l’évaluation, l’étudiant doit rédiger un rapport de stage de 4 ou 5 pages,décrivant comment les objectifs ont été atteints et par quelles activités ils l’ont été en regard des objectifs énoncés et des activités décrites dans le projet de stage. Dans le cas d'un stage à l'étranger, copie du rapport de recherche demandé par le milieu de stage sera annexée au rapport de stage pour fins d’évaluation.

Le rapport de stage pour fins d’évaluation (4-5 pages) est soumis en quatre (4) exemplaires comme suit par l’étudiant :

  • un à son directeur et un à son codirecteur de recherche;
  • deux (2) au responsable de l’évaluation : un accompagné du rapport de recherche, le cas échéant, et un autre que l’évaluateur joindra au formulaire d’évaluation qu’il transmettra au responsable du programme.

Le responsable du milieu d'accueil

Comme il s’agit d’un stage de formation à la recherche, le responsable du milieu d’accueil du stagiaire, étudiant au doctorat, doit lui-même détenir un doctorat et être membre du milieu ou du groupe de recherche dans ou avec lequel l’étudiant réalisera son stage. Avant d’approuver le projet de stage soumis par un étudiant, ce responsable convient avec l’étudiant des exigences qui lui seront faites quant à ses présences, à ses activités, à ses productions, quant aux modalités du stage et aux attentes du milieu d’accueil.

À la fin du stage, le responsable du milieu d’accueil recevra du stagiaire un exemplaire du rapport de stage pour fins d’évaluation (4-5 pages). Le cas échéant, le responsable du milieu d’accueil transmettra au directeur du programme ses commentaires appréciatifs du stage réalisé, par écrit sur formulaire prévu à cette fin et qu’il aura reçu du responsable du programme.

Le responsable du milieu d’accueil ne peut pas être membre du comité de recherche de l’étudiant stagiaire.

Le professeur responsable du suivi et de l’évaluation

Tous les partenaires ayant convenu au préalable des objectifs, des activités, des modalités et des attentes du stage, l’évaluation sommative globale et la notation s’appuieront sur la réalisation des activités, l’atteinte des objectifs, la pertinence des modalités vécues et la qualité des apprentissages qu’en aura retirés le stagiaire, tels qu’apparaissant dans son rapport et compte tenu des commentaires appréciatifs du responsable du milieu d’accueil, dans le cas d'un stage effectué à l'étranger.

Au plus tard trois (3) semaines après réception du rapport de stage pour fins d’évaluation que lui aura transmis le stagiaire, le professeur responsable du milieu d'accueil doit transmettre au responsable du programme son formulaire d’évaluation dûment complété. Dans le cas d'un stage effectué à l'étranger, il devra joindre la fiche d'appréciation commentée du responsable du milieu d’accueil ainsi qu'un exemplaire du rapport du stagiaire (4 à 5 pages).

Remarques complémentaires

C’est à l’étudiant, assisté par son comité de recherche, que revient la responsabilité de solliciter le milieu d’accueil pour chaque stage.

Comme il s’agit d’activités créditées de formation, la direction du programme, souscrivant aux objectifs de soutien financier aux étudiants, invite le milieu d’accueil qui le peut à rembourser au stagiaire, s’il y a lieu, tous frais de déplacement qu’il encourt pour y réaliser son stage, et à favoriser l’insertion du stagiaire dans le milieu scientifique par inscription à des colloques, acquisition de documents de recherche, octroi de bourses, etc.  

Enfin, le droit de propriété intellectuelle doit être préservé : le milieu d’accueil ou l’un de ses membres ne peut utiliser à son compte le travail du stagiaire, ni le stagiaire utiliser à son compte le travail de tout membre ou de l’ensemble du milieu d’accueil, sans avoir préalablement convenu par écrit d’entente à cet effet.

DME 9010 Lecture dirigée I (6 cr.)

Les lectures dirigées sont complétées par l’étudiant sous l’entière responsabilité de son comité de recherche.

DESCRIPTION DU DME 9010 Lecture dirigée 1 (6 cr.)

Cette activité est obligatoire, mais individualisée. Chaque candidat soumet à son comité de recherche un programme de lecture, en fonction de son projet de recherche, dans une approche interdisciplinaire. L’activité est évaluée lors d’un examen oral devant son comité de recherche. La Lecture dirigée 1 est obligatoire. L’étudiant peut s’y inscrire à toute session et consacre environ deux jours par semaine à cette activité.

Inscription

Suivie par inscription en constituante d’attache de l’étudiant, toute lecture dirigée doit être complétée à l’intérieur de la session concernée.

Programme

Au plus tard à la troisième semaine de la session concernée, l’étudiant soumet à son comité de recherche un programme de lecture, d’au plus trois (3) pages et comprenant les principales références et les thèmes retenus, les objectifs disciplinaires et interdisciplinaires poursuivis et la méthode de travail utilisée, un échéancier des rencontres et les modalités d’évaluation, par étape s’il y a lieu.

Au plus tard un mois après le début de la session concernée, les membres du comité de recherche conviennent avec l’étudiant du programme de lecture et des modalités d’évaluation.

Évaluation

Pour la mise au point et la tenue de l’examen oral, le comité de recherche s’assure que l’étudiant a réalisé avec compréhension le programme convenu de lecture et complète le formulaire d’évaluation prévu à cette fin. 

Le directeur de recherche transmet le formulaire complété au responsable du programme pour la constituante d’attache de l’étudiant, accompagné du programme approuvé de lecture. Ce responsable du programme conserve au dossier de l’étudiant les documents reçus et transmet la note au registraire.